Problématiques reliées à la baignade

En milieu urbain, une grande proportion des sols naturels sont artificialisés: sols bétonnés, asphaltés, toitures de bardeau ou de tôle, etc. L'eau qui y tombe n'est donc pas absorbée. De plus, comme il existe peu d'obstacles à son déplacement, elle prend de la vitesse, décroche et emporte de petits morceaux de sols, poussière, contaminants divers et autres. Ce décrochement du sol s'appelle l'érosion. Plus l'eau coule rapidement, plus l'érosion sera forte. Comme l'eau coule toujours vers le point le plus bas, elle se retrouvera, avec tout ce qu'elle contient, dans le cours d'eau le plus près.

En lessivant le sol, l'eau va ramasser diverses matières nutritives comme le phosphore. Essentiel à la croissance des plantes, ce phosphore, une fois dans le cours d'eau, va permettre aux plantes aquatiques et algues de se développer plus rapidement. Les plages et autres endroits de baignade peuvent donc devenir envahis d'algues et de zooplancton. 

Cet environnement est aussi propice à l'apparition de cas de dermatite du baigneur. En effet, la présence d'oiseaux barbotteurs (canards, bernaches) infectés et d'escargots, qui affectionnent particulièrement les zones peu profondes et plus chaudes, permet de renouveler le cycle de vie de la cercaire, petite larve qui, en piquant, provoque des démangeaisons et l'apparition de petites plaques rouges sur la peau. Bien que la dermatite du baigneur ne soit pas dangereuse, elle est désagréable.

SILA, 2009