Problématiques reliées à l'habitat du saumon atlantique

En milieu urbain, une grande proportion des sols naturels sont artificialisés: sols bétonnés, asphaltés, toitures de bardeau ou de tôle, etc. L'eau qui y tombe n'est donc pas absorbée. De plus, comme il existe peu d'obstacles à son déplacement, elle prend de la vitesse, décroche et emporte de petits morceaux de sols, poussière, contaminants divers et autres. Ce décrochement du sol s'appelle l'érosion. Plus l'eau coule rapidement, plus l'érosion sera forte. Comme l'eau coule toujours vers le point le plus bas, elle se retrouvera, avec tout ce qu'elle contient, dans le cours d'eau le plus près.

Les sédiments contenus dans l'eau de ruissellement, très légers, vont rester en suspension dans les cours d'eau et les lacs. L'eau devient alors plus trouble, et limite la vision du saumon atlantique, qui chasse principalement à vue. Il lui est donc plus difficile de se nourrir et d'accumuler des forces pour sa migration annuelle. Les matières en suspension irritent également les branchies des poissons, qui ne sont pas faites pour filtrer l'eau.

Les sédiments en suspension finissent par se déposer au fond des cours d'eau et lacs, où ils forment un tapis plus ou moins épais. Lorsque ces sédiments se déposent sur les frayères de saumons, ils viennent boucher les espaces entre le gravier sur lequel sont déposés les oeufs. L'air ne peut plus y passer, et les oeufs ne peuvent éclore. 

Les alevins utilisent le nid de gravier pour se protéger des prédateurs dans les premiers temps de leur vie. Sans cette cachette, ils sont plus vulnérables aux espèces qui voudraient les manger.

Frayère naturelle

Frayère colmatée